Alien website

ALIEN

Alien : Le Huitième Passager (Alien) est un film Américano-Britanique d'horreur, Science-Fiction réalisé par Ridley Scott, sorti en 1979. Le titre du film se réfère à l'antagoniste principal, une créature  extraterrestre très agressive qui chasse et tue l'équipage d'un vaisseau spatial.

À sa sortie, Alien : Le Huitième Passager a reçu un succès critique et commercial, il est désormais considéré comme un classique. En 2002, il a été sélectionné par la National Film Registry de la  Bibliothèque du Congrès américain pour être conservé comme étant « culturellement, historiquement ou esthétiquement important ». Le succès du film a engendré une Franchise, dont trois suites directes appartenant à la SAGA Alien où l'on retrouve l'héroïne principale Ellen Ripley en confrontation avec la même espèce de créatures : Aliens, le Retour, Alien 3 et Alien, la Resurrection. La franchise inclut également deux films Cross-Over avec la SAGA Predator.

L'Histoire :


En 2122, le vaisseau de commerce Nostromo retourne vers la Terre pour y rapporter des minerais lorsqu'un signal venant d'un planétoïde inconnu du système de Zeta Reticuli interrompt sa course. Réveillés de leur biostase par l'ordinateur de bord (appelé « Maman »), l'équipage composé de sept astronautes apprend qu'il est tenu par la société qui l'emploie d'enquêter sur toute possibilité de vie extraterrestre. Ils atterrissent alors sur la petite planète, endommageant leur vaisseau. Le capitaine Dallas (Tom Skerritt), le second officier Kane (John Hurt), et la pilote Lambert (Veronica Cartwright) s'aventurent à pied vers la source du signal alors que le lieutenant Ripley (Sigourney Weaver), l'officier scientifique Ash (Ian Holm), et les ingénieurs Brett (Harry Dean Stanton) et Parker (Yaphet Kotto) restent dans le vaisseau pour guider leurs coéquipiers et pour faire des réparations.

Dallas, Kane et Lambert découvrent que le signal provient d'une épave de vaisseau extraterrestre. En l'explorant, ils tombent sur une créature humanoïde fossilisée dont les côtes semblent avoir explosé de l'intérieur. Pendant ce temps sur le Nostromo, l'ordinateur de bord détermine que le signal est un message d'avertissement. Continuant l'exploration du vaisseau extraterrestre, Kane se retrouve dans une grande salle contenant une quantité importante d'œufs. Alors qu'il en examine un, l'œuf éclot et éjecte une créature (facehugger) qui s'agrippe à son visage.

Kane est ramené inconscient sur le Nostromo malgré les protestations de Ripley qui souhaite le maintenir en quarantaine. L'équipage s'ingénie en vain à détacher la créature du visage de Kane, découvrant que la créature maintient sa victime en vie, et que son sang est un acide très corrosif. Finalement, celle-ci meurt naturellement plusieurs heures plus tard et se détache de Kane qui se réveille péniblement mais apparemment en bonne santé.

Avant de se remettre en état de biostase, l'équipage décide de se restaurer. Kane est soudainement pris de violents spasmes qui se terminent lorsqu'une créature (un xénomorphe) s'éjecte violemment de sa cage thoracique et s'échappe dans un conduit d'aération, laissant son hôte mort sous les regards médusés du reste de l'équipage. L'équipage décide de retrouver l'alien, fabriquant des détecteurs et des armes rustiques. Brett suit le chat du vaisseau dans une grande salle où il est attaqué par l'alien, désormais mué en taille impressionnante, qui s'échappe en emportant son corps. Les astronautes réalisant qu'ils ont affaire à une bête dangereuse, Dallas s'équipe d'un lance flamme et parcourt les conduits d'aération pour la tuer, mais il se fait prendre également. Lambert insiste alors que l'équipage restant s'échappe à bord de la navette, mais Ripley, désormais l'officier supérieur, explique que la navette ne peut pas transporter quatre personnes, seulement trois. Ripley consulte l'ordinateur de bord et découvre que ses employeurs ont ordonné à Ash de ramener la créature, et que la survie de l'équipage est secondaire. Ash l'attaque et est finalement décapité par Parker, révélant qu'Ash est un androïde. Avant d'être incinéré par Parker, Ash, encore opérationnel, explique qu'il admire la créature et prédit la mort de l'équipage. Les trois membres restant préparent alors l'autodestruction du Nostromo et leur fuite dans la navette. Toutefois Parker et Lambert se font tuer par la créature. Ripley initialise la séquence d'autodestruction et tente de fuir vers la navette avec le chat mais son passage est bloqué par l'alien. Elle retourne désespérée pour annuler la séquence mais il est trop tard. Elle décide de se rediriger vers la navette, et l'alien est visiblement parti. Elle décolle in extremis échappant à l'explosion du Nostromo.
Se croyant sauvée et préparant sa biostase, Ripley découvre que l'alien se trouve également à bord de la navette. Elle met discrètement une combinaison spatiale et ouvre la trappe de la navette, précipitant la créature dans l'espace. Elle se met ensuite en biostase avec le chat pour le voyage retour vers la Terre.

Synopsis :


Le vaisseau commercial Nostromo et son équipage, sept hommes et femmes, rentrent sur Terre avec une importante cargaison de minerai. Mais lors d'un arrêt forcé sur une planète déserte, l'officier Kane se fait agresser par une forme de vie inconnue, une arachnide qui étouffe son visage. Après que le docteur de bord lui retire le spécimen, l'équipage retrouve le sourire et dîne ensemble. Jusqu'à ce que Kane, pris de convulsions, voit son abdomen perforé par un corps étranger vivant, qui s'échappe dans les couloirs du vaisseau...

Acteurs :


Sigourney Weaver (Ripley), Tom Skerrit (Dallas), John Hurt (Kane), Veronica Cartwright (Lambert), Ian Holm (Ian Holm), Yaphet Kotto (Parker), Harry Dean Stanton (Brett), Bolaji Badejo (l'Alien), Helen Horton (Maman), Jones (dressé par Animals Unlimited).

Doubleurs (VF) :


Jean Roche (Dallas), Tania Torrens (Ripley), Monique Thierry (Lambert), Alain Dorval (Brett), Bernard Murat (Kane), Jacques Thebault (Ash), Georges Aminel (Parker), Perette Pradier (Maman).

Anecdotes :


Le scénario original est né d’une double idée de Dan O'Bannon, alors épaulé par son ami Ronald Shussett. Un script se déroulant dans l’espace ("Memory") et une autre idée autour d’un équipage de bombardier attaqué par des "Gremlins" durant la Seconde Guerre mondiale. Le mélange des deux donnera "Star Beast", rebaptisé "Alien", qui décollera véritablement quand Dan O'Bannon se décidera pour un "monstre à la Giger", qu’il avait connu sur un projet avorté d’adaptation de Dune.
 
A l'origine, dans la première ébauche du scénario, le lieutenant Ripley était un personnage masculin. Ce n'est que plus tard qu'il soit décidé qu'il serait incarné par une femme. Le rôle devait être à l'origine confié à Veronica Cartwright, qui finalement interprètera le personnage de Lambert. La décision d'accorder le rôle à Sigourney Weaver, alors jeune débutante (ce n'était que son troisième film), est revenue aux producteurs du film, qui lui ont préféré son physique plus androgyne. Ce n’est qu’au moment des essais-costumes que Veronica Cartwright apprit qu’elle jouait Lambert. Pour l’anecdote, elle avait joué enfant dans le film Les Oiseaux face à un certain Doodles Weaver, oncle de Sigourney Weaver à la ville.
 
Une rumeur selon laquelle les acteurs ne savaient pas ce qui allait se produire au momet où le bébé Alien sort en explosant le torse de Kane (John Hurt) est née après l'exploitation en salles du premier volet de la saga Alien. Elle n'est qu'en partie vraie. John Hurt avait été évidemment mis au courant du déroulement de la scène, tandis que les grandes lignes avaient été expliquées au reste des acteurs composant l'équipage, mais ils n'avaient pas été mis au courant des détails de la scène. Par exemple, Veronica Cartwright ne s'attendait pas à être aspergée de sang (et de véritables tripes), ce qui rend son dégoût et son effroi à l'écran bien plus réalistes. Tourné avec quatre caméras, la séquence fut mise en boîte en une prise.
 
Le vaisseau principal a changé de noms à plusieurs reprises : initialement baptisé "Snark", il deviendra le "Leviathan" avant de s’appeler le "Nostromo", clin d'oeil à une oeuvre de Joseph Conrad. La navette est quant à elle appelée "Narcissus" : un autre-hommage au romancier.
 
Moebius a participé au projet avant de partir vers d’autres aventures : on lui doit notamment le design des scaphandres de sorties, inspirés des armures médiévales.
 
La scène du réveil de l’hyper-sommeil qui ouvre le long métrage a failli être retirée du scénario, l’équipe ne parvenant pas à un design satisfaisant pour les caissons.
 
De véritables lance-flammes ont été utilisés par les acteurs, certains manquant de brûler Ridley Scott et ses cadreurs lors de certains "ratés".
 
Une scène d’amour entre Dallas et Ripley sous une coupole donnant sur le vide intersidéral devait initialement être filmée mais fut finalement retirée du scénario. Leurs ébats devaient être interrompus par le cadavre flottant de Kane…
 
Alien est l'un des deux films de science-fiction dans lequel joue Ian Holm et où l'un des personnages du film est nommé "Dallas", le deuxième étant Le Cinquième élément (où Bruce Willis jouait le rôle de Corben Dallas).
 
Ridley Scott rapporte souvent qu'il aurait souhaité mettre en scène une fin beaucoup plus sombre. Il voulait que la créature tue sauvagement le lieutenant Ripley lors du face-à-face final dans la nacelle spatiale, puis que l'Alien s'assoit et prenne la voix de Ripley en envoyant un message rassurant d'arrivée sur la planète Terre. Mais la Fox n'était pas très enjoué à l'idée d'une fin aussi désespérée.
 
Le titre d'introduction d'se présente sous la forme de sept traits, avant de composer finalement l'appellation définitive du long métrage. Un graphisme épuré et surtout volontaire, le titre révélant ainsi le nombre de victimes de la créature dans le film.
 
Le mince rideau de fumée qui présente les étranges oeufs a été rendu possible grâce à une machine spéciale qui projette des brumes et des lasers. Cette machine a été empruntée au groupe The Woo, qui s'en servait lors de leurs concerts.
 
La carcasse sur laquelle le docteur Ash pratique une autopsie est composée de fruits de mer, afin de recréer visuellement les organes internes de l'arachnée.
 
La plupart des dialogues du film n'ont pas été écrits. Les acteurs ont en effet énormément eu recours à leur talent d'improvisation, en connaissant par avance les grandes lignes d'une scène, et en la jouant ensuite en communauté.
 
La partie frontale du corps de l'Alien a été réalisé à partir d'un moulage effectué sur un vrai crâne humain.
 
Sigourney Weaver retrouvera Ridley Scott treize ans plus tard en devenant devant sa caméra la Reine Isabelle pour 1492 : Christophe Colomb (1992).
 
Bien que sa renommée ne se soit pas faite sur cette récompense, Alien, le huitième passager s'est vu remettre en 1980 un Oscar pour ses effets spéciaux, tandis que lui échappait la récompense de la Meilleure direction artistique. Le film remportera trois Saturn Award, récompensant traditionnellement les films fantastiques, dans les catégories Meilleur réalisateur (Ridley Scott), Meilleure actrice dans un second rôle (Veronica Cartwright) et Meilleur film de science-fiction.
 
Pour obtenir une réaction crédible du chat face à l’Alien, l’équipe le mit face à un Shepherd dissimulé derrière un cache. A l’approche du chat, il suffisait de révéler la présence du chien pour obtenir la réaction du félin.
 
Le sang acide répond à une nécessité scénaristique : rendre logique le fait que l’équipage ne tente pas de tirer sur la créature.
 
Le premier "cri" de l’Alien… est l’œuvre d’un homme, l’imitateur animalier Percy Edwards. Recommandé par Ridley Scott, il ne lui fallut qu’une prise pour enregistrer ce son glaçant.
 
Pour amplifier la taille du Space-Jockey, Ridley Scott a remplacé les acteurs en scaphandre par ses deux fils.
 
Faux raccord amusant : le plan de la queue de l’Alien se saisissant de la jambe de Veronica Cartwright…  ne présente pas la jambe de la comédienne mais celle de Harry Dean Stanton. Il s’agit d’un plan coupé filmé pour une autre séquence !
 
Avant Ridley Scott, plusieurs réalisateurs ont été envisagés : Peter Yates, Jack Clayton, Robert Aldrich et Walter Hill.
 
L’équipe du film rencontra par hasard Bolaji Badejo, immense jeune homme d’origine masaï. Il fut préféré à un certain Peter Mayhew (Chewbacca) pour le rôle de l’Alien.
 
Le Space-Jockey, conçu et décoré par Giger, devait initialement servir lors de l’avant-première du film. Il disparu malheureusement dans un incendie…
 
Lumières, boutons, moteurs : tous les décors du Nostromo, imaginés par Ron Cobb et Ridley Scott et conçus par les équipes de décoration, étaient fonctionnels. Ceci pour permettre aux comédiens de véritablement interagir aux commandes du vaisseau.
 
Une séquence finalement retirée du scénario devait explorer plus en profondeur la civilisation Alien, à travers la visite d’une pyramide et la découverte de hiéroglyphes expliquant le cycle de vie des créatures.
 
Le film est ressorti en salles (et en DVD) dans une version director’s cut en 2003. Une version intégrant de nouvelles séquences (dont la découverte de Dallas dans un cocon) et en racourcissant d’autres, tant et si bien que ce montage est plus court d’une minute que l’original. Pour l’anecdote, le premier montage, réduit ensuite par Ridley Scott et son monteur, dépassait les trois heures.
 
La composition de la bande originale du premier Alien ne fut pas de tout repos. Jerry Goldsmith devait retravailler au jour le jour ses orchestrations pour suivre les changements quotidiens effectués au montage. Le monteur Terry Rawlings utilisait des morceaux d'une autre bande originale de Goldsmith, celle du film Freud, passions secrètes de John Huston, comme exemples pour câler ses images. Mais finalement le monteur les garda en dépit des nouvelles musiques fournies par le compositeur. Jerry Goldsmith lui en voulu jusqu'à la fin de sa vie pour cette "trahison".
 
Une scène montre une partie de l'équipage du Nostromo dans le sas de décompression du vaisseau. Les vecteurs graphiques présents sur l'écran de Sigourney Weaver à ce moment là se retrouvent sur ceux du véhicule de police volant au décollage dans Blade Runner, film succédant au premier Alien dans la filmographie du réalisateur Ridley Scott.
 
Pour toute la saga, la "mort" est mentionnée dans chaque traduction du titre hongrois : Alien, le huitième passager devient "Le Huitième passager : la Mort" ; Aliens, le retour devient "Le Nom de la planète : la Mort" ; Alien 3 devient "Dernière solution : la Mort" ; Alien, la résurrection devient "Le 'Re-réveil' de la Mort" ; Alien vs. Predator devient même "La Mort contre le Predator".

VOS NOTES DU FILM

 
7 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires

  • fgTag
    geffectw http://buyviagra24ph.com
    qstrangerb http://buyviagra24ph.com
  • diweify
    qstayv http://canphv.com
    llivinge http://canphv.com
  • evTag
    • 3. evTag Le 26/03/2017
    Good site: http://tadalph24.com ;; http://sildph24.com

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Suivez-nous sur Facebook

et Twitter

Vous êtes déjà abonné ?